Opération de lifting du ventre (abdominoplastie)

L’opération de lifting du ventre, l’une des interventions les plus courantes de la chirurgie plastique esthétique, a connu des transformations significatives au cours des dernières décennies. Les cicatrices, par exemple, ont été adaptées au long des ans aux impératifs de la mode qui prévalaient alors. C’est ainsi que lorsque la mode était au bikini (Saint Tropez), la ligne de la cicatrice était très basse. Mais lorsque la ligne du bikini est devenue plus haute (le bikini brésilien) il a fallu adapter la cicatrice à la nouvelle mode.

En même temps que les changements des techniques chirurgicales liées à la mode, des articles traitant des avantages et inconvénients des nouvelles méthodes ont commencé à paraître dans la littérature professionnelle ; en particulier, ces articles se focalisaient sur la nécessité de réduire les complications chirurgicales. Une meilleure compréhension de l’anatomie et le développement de techniques ne nécessitant pas de larges incisions ont conduit à une réduction dramatique du pourcentage des complications et aux résultats esthétiques souhaitables dont nous sommes aujourd’hui témoins.


Objectif de l’opération de lifting du ventre

L’objectif de l’opération de lifting du ventre est la suppression de l’excès de peau et de la surcharge graisseuse de la région abdominale, le renforcement du muscle de la paroi abdominale et le remodelage des hanches pour leur harmonisation avec les autres parties du corps.

À qui l’opération de lifting du ventre convient-elle ?

L’opération de lifting du ventre convient à des hommes et à des femmes soufrant d’une faiblesse de la paroi abdominale, excès de peau, de signes d’étirement ou de faiblesse des muscles abdominaux. Les candidats idéaux auront une taille et un poids normaux (Index de Masse Corporelle), des personnes ayant perdu du poids (même parfois dans des proportions extrêmes) et la peau excédentaire forme comme un tablier pendant sur le ventre, ou des femmes après l’accouchement et qui n’envisagent pas d’autre grossesse.

La cause la plus fréquente de l’affaiblissement de l’abdomen est la grossesse répétée. Au cours de la grossesse, la peau et les muscles sont étirés au-delà de leur capacité biomécanique. Leur élasticité s’en trouve réduite et ils ne parviennent à retrouver leur état antérieur. Nous constatons de fait un affaiblissement des muscles droits de l’abdomen et à un amincissement des structures abdominales. Une importante perte de poids, que ce soit par suite d’une cure ou d’une intervention chirurgicale, peut avoir des effets similaires à ceux d’une grossesse : excès importants de peau et faiblesse de la paroi abdominale.

How can we help you?

Keep in touch

1-700-50-10-35

03-7608560

telavivplasticsurgery@gmail.com

À qui l’opération de lifting du ventre ne convient-elle pas ?

Ce qui s’oppose à l’opération de lifting du ventre, c’est la présence de cicatrices en différentes régions de l’abdomen, divers états cliniques (maladies cardiaques, diabète, obésité et tabagisme), le souhait d’autres grossesses, des antécédents de phlébite ou d’embolie pulmonaire, une importante surcharge pondérale [IMC supérieur à 40 – l’IMC ou Index de Masse Corporelle est défini comme le rapport entre le poids en kilogrammes divisé par le carré de la taille (en mètres)] et enfin les patients dont les attentes ne sont pas réalistes.

Fréquence de l’opération

D’après les données en provenance des États-Unis, il ressort qu’entre les années 1997 et 2008 s’est produite une augmentation de 333% dans le nombre des abdominoplasties.

Préparatifs en vue de l’opération

Les préparatifs en vue de l’abdominoplastie sont d’une importance capitale. Le patient devra veiller avant tout à la stabilité de son poids et à son mode de vie. En premier lieu, il devra répondre à un questionnaire de santé détaillé ; maladies cardiaques, diabète, phlébites, embolies et antécédents chirurgicaux (laparoscopies comprises). Les patientes devront faire part de leurs intentions en matière de grossesses futures. Il est recommandé aux patients ayant subi des pertes de poids importantes d’attendre que leur poids se soit stabilisé avant d’envisager l’intervention. L’examen médical comprendra l’évaluation de la structure de l’abdomen, la quantité et la qualité des excès de peau et la présence de signes d’étirement, l’évaluation de la composante graisseuse et sa dissémination dans l’abdomen et les hanches. Il devra constater l’absence de grosseurs et/ou d’hernies. On procèdera également à l’évaluation des muscles de la paroi abdominale. Enfin, on recherchera la présence et l’emplacement de cicatrices antérieures. Tout ceci fait, il sera temps de discuter avec le patient des méthodes chirurgicales envisageables et d’en adapter le choix aux attentes du patient.

Des examens de sangs classiques (y compris le taux de coagulation) seront pratiqués, radio du thorax, électrocardiogramme et le cas échéant examen fonctionnels des poumons. Au cas il y aurait risque de présence d’une hernie, la participation d’un chirurgien généraliste à l’intervention sera requise afin de procéder simultanément à la réduction de l’hernie et à l’abdominoplastie.

Méthode opératoire

Avant même l’entrée dans le bloc opératoire, on procédera au marquage des signes opératoires sur le corps du patient en station debout. L’intervention se pratique sous anesthésie générale et dure de deux à trois heures. L’intervention commence par une incision au niveau inférieur de l’aine d’une hanche à l’autre. Cette incision sera pratiquée, comme indiqué précédemment, à la hauteur de la ligne de maillot de bain ou de sous-vêtement dont le patient se sert couramment. Au travers de l’incision, on décolle la peau et les tissus adipeux de l’enveloppe musculaire de l’abdomen jusqu’au diaphragme. Lors de la préservation du nombril, on pratique une suture et un rapprochement des muscles abdominaux de manière à obtenir le renforcement de la paroi abdominale. Tous les excédents de peau et de graisses (qui se trouvent habituellement entre le nombril et la ligne de la cicatrice) sont ôtés à ce stade. On referme l’incision par des points de suture auto-résorbants. Des drains auront été mis en place et le pansement sera tenu en place par une ceinture abdominale serrée.

Durée de l’hospitalisation

Ces dernières années ont vu de grands changements en ce qui concerne l’hospitalisation des patients après une abdominoplastie. Alors que par le passé il était habituel de garder les patients à l’hôpital pendant deux jours environ, il est fréquent, dans de nombreux centres hospitaliers de les renvoyer chez eux aujourd’hui le jour même de l’intervention. Les études publiées récemment font état de l’efficacité et de la sûreté des abdominoplasties pratiquées sur la base de l’hospitalisation de jour. Ces études ont montré qu’il n’existe pas de rapport entre le pourcentage des complications et la durée de l’hospitalisation postopératoire. L’abdominoplastie est devenue une intervention basée sur l’hospitalisation de jour par suite des progrès de l’anesthésie devenue plus sûre et à l’efficacité postopératoire de même que tout ce qui est lié au contrôle de la douleur (pompes antalgiques et traitements électromagnétiques).

Processus postopératoire, durée de la convalescence et résultat final

Les drains seront retirés quelques jours après la sortie de l’hôpital. Il est recommandé de ne pas rester couché ou immobile, mais de reprendre progressivement l’activité coutumière. Il faudra utiliser la ceinture abdominale pendant une durée de deux ou trois mois durant la journée. Le rôle de la ceinture est de réduire les œdèmes et d’accélérer l’absorption des sécrétions dans les régions touchées par l’intervention. Bien qu’il soit déconseillé de soulever des poids lourds, le retour au travail pourra s’effectuer environ deux semaines après l’opération. Il est généralement conseillé de reprendre une activité physique six semaines après l’opération. Le résultat final peut être constaté généralement environ trois mois après l’opération la plupart des sécrétions ayant été absorbées.

Effets secondaires et complications

Bien que les complications soient relativement rares, elles peuvent se produire. Elles peuvent consister en lâchage des sutures avec ouverture de la plaie opératoire, épanchements séreux ou lymphatiques, hématomes, infections, cicatrices hypertrophiques, modifications de la sensibilité principalement dans le bas ventre. Les complications les plus rares sont l’embolie pulmonaire, la perte du tissu ombilical, nécrose cutanée, hypersensibilité de certaines régions abdominales. Il est à noter qu’il existe des facteurs de risques qui peuvent contribuer à ces états : le diabète, l’hypertension, un IMC élevé, le tabagisme, l’asthme et la multiplicité des interventions chirurgicales simultanées qui allongent la durée de l’opération. Ces situations ne sont pas fréquentes au cours de l’abdominoplastie ni dans la période postopératoire.